Ma fille est mère. Est-elle désormais davantage l’une plutôt que l’autre ? Rien ne tient jamais à sa place. Rien n’a jamais la même apparence qu’avant. Le monde change en même temps que passent les années.
L’enfant nouveau-né est un petit fil de soi qui jamais ne s 'interrompra. Une étoile nouvelle dans notre ciel comme un soupir qui s’allume entre les lignes de force de la vie. 
Et nous ne savons pas à quoi pense l’enfant comme nous ne savons pas non plus à quoi peuvent bien penser les oiseaux qui ne parlent pas. Et pourtant, sans eux, nous ne saurions pas que nous sommes vivants. Le sourire de l’enfant tient tout entier dans notre main qui en recueille son poids et pourtant, il ne pèse rien. 
Nous sommes mère jusqu’à quel point ? Et l’enfant qui grandit et devient parent à son tour, jusque quand reste-t-il enfant ? 
Le bébé comble la vie de sa mère – ma fille – il remplit son espace. 
Nos enfants restent nos enfants, pétris de cette même chair qui est la nôtre, parcourus de ce même souffle qui nous tient éveillés. Alors, quand ils sourient, c'est comme s'ils allumaient une étoile dans notre ciel...
Je voudrais en être digne.

25182110_1647694681954886_3048935105704767457_o