Entre les mots

04 juin 2018

Mère et fille

Ma fille est mère. Est-elle désormais davantage l’une plutôt que l’autre ? Rien ne tient jamais à sa place. Rien n’a jamais la même apparence qu’avant. Le monde change en même temps que passent les années.
L’enfant nouveau-né est un petit fil de soi qui jamais ne s 'interrompra. Une étoile nouvelle dans notre ciel comme un soupir qui s’allume entre les lignes de force de la vie. 
Et nous ne savons pas à quoi pense l’enfant comme nous ne savons pas non plus à quoi peuvent bien penser les oiseaux qui ne parlent pas. Et pourtant, sans eux, nous ne saurions pas que nous sommes vivants. Le sourire de l’enfant tient tout entier dans notre main qui en recueille son poids et pourtant, il ne pèse rien. 
Nous sommes mère jusqu’à quel point ? Et l’enfant qui grandit et devient parent à son tour, jusque quand reste-t-il enfant ? 
Le bébé comble la vie de sa mère – ma fille – il remplit son espace. 
Nos enfants restent nos enfants, pétris de cette même chair qui est la nôtre, parcourus de ce même souffle qui nous tient éveillés. Alors, quand ils sourient, c'est comme s'ils allumaient une étoile dans notre ciel...
Je voudrais en être digne.

25182110_1647694681954886_3048935105704767457_o

Posté par nathbout à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Il y a des petites choses très discrètes et très légères qui ne tiennent pas dans la main. On les soupèse nécessairement avec l'âme. Et il n'y a pas de secret ! On y met ce que l'on veut, le presque rien y compris. Le presqu'inutile aussi. Ces petites choses n'encombrent pas l'instant, elles le magnifient.

30688667_1775451165845903_194693813875245056_o

Posté par nathbout à 13:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Après les attentats

Vous dire qu'il faut oser...

Oser l'hospitalité comme un geste tourné vers l'autre,une nécessité universelle. 

Vous dire d'oser croire en ce rêve simple et abordable d'un monde plus juste tourné vers l'humain.

Vous dire de croire au bleu du ciel comme à une couleur mémoire qui s'etale dans l'infini du soir.

Vous dire de croire au beau car il y a là une singularité que nous avons perdue et qui nous ramène à l'enfant.

Vous dire aussi d'attraper en plein vol cette joie soudaine, ce rire en éclat avant qu'ils passent leur chemin.

Vous dire d'être bien là où vous êtes, de savourer l'instant avant qu'il ne vous échappe. 

Vous dire toutes ces choses qu'on ne dit plus mais qu'on pense malgré tout, tout bas et pour soi comme un bruit, un secret qui se chuchote dans la nuit.

Vous dire enfin que le monde

23668775_1624329230958098_2557628536269087424_o

vous ouvre grands ses bras comme un oiseau déploie ses ailes pour vous montrer le chemin. 

Que le vôtre soit tout simplement juste, vrai et beau...

Posté par nathbout à 13:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,